Tuto: oiseaux communs des villes et parcs.

Pour débutants en ornitho et citadins, ce tutorial passe en revue 15 espèces communes et faciles à identifier que l'on peut rencontrer dans les parcs et jardins.



Corneille noire

Tous les documents

Corneille noire


Communément appelé (à tort) «corbeau», la corneille noire se rencontre très fréquemment en ville.
Si vous êtes parisien et voyez de votre fenêtre un grand oiseau noir, pas de doute possible.
Mais attention aux confusions avec d'autres corvidés (dont de vrais «corbeaux») que l'on peut rencontrer en ville dans certaines régions (cf le tutorial correspondant, quand vous serez à l'aise avec les premières espèces décrites ici).

Pie bavarde

Tous les documents

Pie bavarde

Pies bavardes


La pie bavarde est un oiseau de taille moyenne (environ 45cm), très commun. Blanche et noire, très contrastée, son identification ne devrait pas poser de problème. Observez-la plus attentivement, et vous verrez de très belles irrisations vertes et bleues, notamment sur la queue.

Merle noir

Tous les documents

Mâle

Femelle


Plus petit que la pie (25cm de long), le merle est souvent observé sur des pelouses en train de se nourrir.
Le mâle est très facile à identifier: tout noir, avec un bec jaune/orangé (qui peut toutefois être plus sombre en hiver).
Les femelles ont la même allure générale, mais sont brun foncé, avec la poitrine légèrement striée.

Étourneau sansonnet

Tous les documents

En plumage d'hiver

En plumage d'été


L'étourneau sansonnet est sensiblement de la même taille que le merle. Il se déplace souvent en grandes bandes très bruyantes à partir de l'été.
En hiver, pas de confusion possible avec le merle: l'étourneau a un plumage très reconnaissable, ponctué de blanc.
En été, il est généralement plus terne, et on peut le confondre avec le merle. Cependant, il a des reflets irisés, son bec est plus pointu, et sa queue plus courte.

Moineau domestique

Tous les documents

Mâle

Femelle


Passons au format inférieur. Le moineau domestique, avec ses 15cm de long, est certainement le «petit» oiseau le plus répandu en ville.
Le mâle est contrasté, le dessous étant plutôt gris, et le dessus brun chaud.
La femelle est plus terne. Elle a en général un trait plus clair en arrière de l'oeil.

Mésange charbonnière

Tous les documents

Mésange charbonnière

Mésange charbonnière

La mésange charbonnière est très repérable: joue blanche entourée de noir, poitrine et ventre jaune traversés par une cravate noire très visible.

Mésange bleue

Tous les documents

Mésange bleue

Mésange bleue

La mésange bleue est un peu plus petite que la noire. Elle s'en différencie par sa calotte bleu, et son fin trait sourcilier noir sur fond blanc.

Rougequeue noir

Tous les documents

Mâle

Femelle

Le rougequeue noir est un migrateur partiel. Présent toute l'année sauf dans le nord-est, ses effectifs sont nettement renforcés en été.
Le mâle adulte est d'apparence généralement sombre. La queue est rouge/orangée (c'est particulièrement visible en vol), et il présente une nette plage blanche sur l'aile. La femelle (ou les juvéniles) sont plutôt gris-souris, la queue étant toujours rouge/orangée.

Il s'agit initialement d'un oiseau montagnard, qui s'est bien adapté à la vie citadine.

Rougegorge familier

Tous les documents

Rougegorge familer

On ne le présente plus. Vu de face, son plastron orange est inratable. Il s'agit d'un petit oiseau très peu farouche, très territorial, et volontier agressif avec ses congénères. Les mâles et les femelles chantent hors période de nidification sur des perchoirs en bordure de leur territoire pour le délimiter - le chant que nous percevons comme plutôt mélodieux étant probablement perçu comme une bordée d'injures (du style «c'est chez moi, dégage») par les voisins.

Pigeon biset

Tous les documents

Pigeons bisets

Variante claire.

LE pigeon urbain par excellence. Il s'agit en fait d'une espèce férale, c'est à dire que les individus que vous pouvez observer en ville sont descendants d'individus élevées en captivité (les fameux «pigeons voyageurs») échappés ou relachés. Il n'y a pas de pigeons bisets directement issus de la souche sauvage en France, mais on peut en rencontrer en Espagne par exemple.
Il y a une très grande diversité de plumages, de celui de la souche sauvage, à des individus presque entièrement blancs (les «colombes» ne sont autres que des pigeons bisets sélectionnés dans ce sens.)

Le plumage de l'espèce sauvage souche.


Pigeon ramier

Tous les documents

Pigeon ramier

En vol

Un peu plus gros que le pigeon biset, il s'en distingue principalement par: Il est généralement plus rare, et moins grégaire que le pigeon biset.

Tourterelle turque

Tous les documents

Tourterelle turque

Tourterelle turque

Dernier des trois columbidés, la tourterelle turque est un oiseau élégant de couleur dominante gris clair, avec un petit collier noir à l'arrière du cou. Elle a colonisé assez récemment l'Europe de l'Ouest.

Mouette rieuse

Tous les documents

Mouette rieuse, plumage nuptial.

Plumage d'hiver.

En vol.

Souvent vue près de plans d'eau. En plumage nuptial, sa tête noire ne permet pas de la confondre avec d'autres espèces visibles en ville.
En hiver, reste seulement une tâche en arrière de l'oeil. Pour la distinguer des goélands classiques, on notera le bec fin, ainsi que les pattes rouges.
En vol, on la distingue de la plupart des espèces ressemblantes par la bande blanche sur le bord d'attaque sur le dessus des ailes.

Goéland (leucophée)

Tous les documents

Goéland leucophée.

En vol.

Il existe plusieurs espèces proches de goélands, dont l'identification sera l'objet d'un autre quiz. Le leucophée - ici illustré - est plus commun dans le sud-est de la France, et l'argenté sur la façade Atlantique.

Il s'agit d'oiseaux de la même famille que la mouette rieuse, mais
Très opportuniste, le leucophée est en forte progression sur le pourtour méditerranéen depuis quelques décénies, au détriment d'autres espèces. Il aurait été notamment très favorisé par les décharges à ciel ouvert. Il progresse depuis dans les terres, le long des cours d'eau.

Canard colvert

Tous les documents

Mâle.

Femelle, et poussins.

De loin le canard (non-introduit) le plus répandu dans les parcs. Le mâle en plumage nuptial est facilement reconnaissable à sa tête verte et son bec jaune. La femelle est plus terne, et plus difficile à différentier d'autres espèces.

Gallinule poule-d'eau

Tous les documents

Gallinule poule-d'eau

Terminons avec la gallinule poule-d'eau, qui occupe de nombreux plans d'eau sous réserve qu'il y ait un couvert végétal à proximité. Noire, une ligne blanche à la base des ailes, et bec rouge à pointe jaune.
Si vous voyez une espèce un peu ressemblante, mais avec un bec blanc, il s'agit d'une Foulque macroule, moins commune en ville.

À vous de jouer !


Un quiz sur les espèces de cette page.


Pour en savoir plus





Licence Creative Commons
Sauf mention contraire, les éventuels textes, images et fichiers audio de cette page sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.